Semeur de haine versus semeur d’humanité

Semeur de haine versus semeur d’humanité

Cet article de rentrée est paru dans le magazine « Vivre dans ma Ville », septembre 2019.

Voici venue l’heure de la rentrée. L’actualité de cet été n’a pas été des plus drôles : entre les feux de forêts en Amazonie et l’explosion des idéologies d’extrême-droite, le camp d’été des jeunes Vlaams Belang sous forme de camp militaire, et des jeunes qui militent pour le climat qui se font huer et menacer de mort par ces mêmes groupuscules dans un festival en Flandre, l’ambiance n’est pas tellement à la fête.

Raison pour laquelle, nous souhaitons rappeler haut et fort « No pasaran ! ». Bien que certains ont banalisé les idées d’extrême droite (ou que d’autres y travaillent ardemment), nous ne les acceptons pas !

Face à ces semeurs de haine (et ils sont nombreux notamment sur les réseaux sociaux), il y a fort heureusement des personnes, des organismes qui donnent vie aux valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité : les capitaines de bateaux humanitaires en Méditerranée, les intervenants auprès des SDF, les militants pour le climat comme Greta Thunberg ou Anuna De Wever (la violence du lynchage dont elles font d’ailleurs l’objet suffit à s’interroger sur sa nature), et bien d’autres anonymes. Appelons-les des semeurs d’humanité.

Et l’école ?

Enseigner, mission impossible pour les uns, un sacerdoce pour beaucoup, mérite bien son titre de plus beau métier du monde.

Nos combats de gauche visent à une démocratisation de l’école (coût, accessibilité, …) et à l’émancipation des individus (acquisition de compétences mais aussi d’esprit critique). Cela permet de donner à chacun les outils pour faire ses propres choix. Alors, pourquoi pas, parents et écoles, travailler encore plus à cette construction d’esprit critique dans un monde où les solutions simples à des problèmes complexes ont tendance à enfermer chacun dans ses peurs et dans ses certitudes ?

Nous souhaitons une belle année scolaire à tous les enfants (et leurs parents) ainsi qu’aux équipes éducatives, une année faite de réflexion, de doute avec un attachement inébranlable aux valeurs humanistes.

Admin

2 commentaires

Gérard Eloi Publié le15 h 41 min - 4 octobre 2019

J’aime beaucoup le titre , avec sa sublime métaphore « semeurs d’humanité » dédiée aux enseignant-e-s.
Beaucoup plus terre à terre, j’ajouterai que contre les semis de peste brune, les pesticides sont inefficaces. Il n’y a bien un seul remède, l’éducation. Remède dont le mode d’emploi est parfois un peu long et complexe…

    Admin Publié le14 h 35 min - 15 octobre 2019

    Merci beaucoup Gérard, et vous avez entièrement raison.