Le harcèlement scolaire : un travail urgent

Le harcèlement scolaire : un travail urgent

Le harcèlement scolaire est un thème qui revient souvent dans nos commissions. Même si la crise du Coronavirus a chamboulé nos travaux, il est important de ne pas oublier les dossiers importants et notamment celui du bien-être dans nos écoles.

Le 16 avril 2012, les numéros verts Assistances Écoles et École et Parents ont été créés pour lutter contre le harcèlement scolaire. Les objectifs de ces services sont d’informer sur les sujets du harcèlement et de la violence à l’école ainsi que d’écouter les personnes confrontées à ces situations (victimes, parents ou équipes éducatives). La mise en service de ces deux numéros s’est faite dans le cadre Plan d’action visant à garantir les conditions d’un apprentissage serein.

Des chiffres en hausse

Malheureusement, au cours de l’année scolaire 2018-2019, le service École et Parents a créé 645 dossiers liés au harcèlement scolaire. Cela correspond à une hausse de 52% par rapport à l’année 2017-2018 ! Parmi ces appels, on décèle :

  • 59% d’appels relatifs à de la violence psychologique
  • 20% d’appels relatifs à de la violence physique
  • 10% d’appels relatifs à de la violence verbale
  • 11% d’appels relatifs à de la violence sexuelle, institutionnelle, matérielle, discrimination et cyber-violence

Le 15 août 2019, les deux numéros verts ont fusionné pour ne laisser place qu’à un seul service : Écoute École. Les objectifs sont toujours les mêmes: être à l’écoute des jeunes et de leurs familles. Nous ne disposons pas encore de données statistiques concernant les appels qu’ils ont reçu lors de l’année scolaire 2019-2020.

Les actions du gouvernement contre le harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire n’est pas un phénomène nouveau. Certains cas très graves vont jusqu’au tribunal. Une procédure qui peut être très longue.  Parallèlement, la scolarité et la santé des victimes sont mises en danger. Certains jeunes, nous le voyons régulièrement dans les médias, vont même jusqu’au suicide. Il s’agit d’un véritable problème qui n’a que trop duré. Il est temps de mettre en oeuvre des actions fortes. Nous sommes en droit de nous demander quelles actions le gouvernement mène en la matière.

La Ministre de l’Éducation, Caroline Désir, a évidemment confirmé qu’il s’agit d’une préoccupation majeure. Différents projets sont en cours : « Pour l’année scolaire 2020-2021, le Gouvernement de la Communauté française a octroyé une subvention totale de 348 274,00€ aux établissements scolaires et opérateurs extérieurs sélectionnés dans le cadre des appels à projets en matière de lutte contre le harcèlement et cyber-harcèlement en milieu scolaire.

Les différents projets:

  • Formation des élèves à la médiation par les pairs : 17 écoles sélectionnées et attribuées à un opérateur extérieur ;
  • Dispositif de prévention et de prise en charge du harcèlement : 22 écoles sélectionnées et attribuées à un opérateur extérieur ;
  • Organisation d’une activité de sensibilisation au harcèlement : 16 écoles sélectionnées ;
  • Mobilisation des élèves dans la lutte contre le harcèlement : 5 écoles sélectionnées parmi celles déjà sélectionnés pour le projet 1.3 – les deux projets étant liés ;
  • Organisation d’une activité de sensibilisation au cyber harcèlement : 26 écoles sélectionnées ;
  • Mobilisation des élèves dans la lutte contre le cyber harcèlement : 5 écoles sélectionnées parmi celles déjà sélectionnés pour le projet 2.1 – les deux projets étant liés.

Les écoles et les organismes bénéficiaires devront mener ces animations et projets d’ici au 15 novembre 2021.

Au-delà de ces appels à projets, l’administration et le cabinet de la Ministre travaillent sur un plan ambitieux de lutte contre le harcèlement. Nous y resterons donc attentifs.

Mathias Delfosse

Les commentaires sont fermés.