Week-end « sans alcool » au volant: bilan des contrôles routiers

Week-end « sans alcool » au volant: bilan des contrôles routiers

Fin janvier avait lieu la 13e édition du « week-end sans alcool au volant », action menée dans toute la Belgique, qui rassemble la police fédérale et les 119 zones de police locale, afin de sensibiliser les usagers de la route aux dangers de l’alcool au volant.

En Wallonie, trois jeunes conducteurs sur 10 prennent le volant sous l’influence de drogues, soit deux fois plus qu’il y a un an.

En Wallonie, trois jeunes conducteurs sur 10 prennent le volant sous l’influence de drogues, soit deux fois plus qu’il y a un an. Un conducteur drogué sur cinq combine plusieurs substances. Une majorité d’entre eux (64 %) combinent drogues et alcool, ce qui accroît d’autant plus le risque d’accident. L’inhalation de gaz hilarant est également en augmentation, ressort-il de la dixième enquête nationale annuelle d’insécurité routière de l’Institut Vias.
Dans le sud du pays, 30 % des hommes entre 18 et 34 ans ont roulé au cours du mois écoulé sous l’emprise de drogues, contre 15 % il y a un an.

Or, de nombreuses études montrent que la combinaison de drogues, d’alcool et autres produits illicites, induit une augmentation du risque d’accident, souvent liée à une mauvaise évaluation lors de situation de conduite complexe.

J’interrogeais récemment la Ministre De Bue à ce sujet:

  • Quel est le bilan de cette édition en Région wallonne ?
  • Combien y a-t-il eu de contrôles et parmi eux, combien étaient positifs ?
  • Voit-on une hausse des chiffres de conduite sous influence depuis le début de la crise sanitaire ?
  • Compte-t-on accentuer les contrôles par de telles actions ou les campagnes de sensibilisation ?

Actuellement, aucun test ne permet de détecter le gaz hilarant lors de contrôles de police, contrairement aux drogues illégales. Pourtant, il peut avoir de graves conséquences sur la santé de ceux qui l’inhalent. Il faut harmoniser la législation, d’autant que la « détention et l’utilisation de gaz hilarant sont interdites dans de nombreuses communes, mais autorisées dans d’autres ».

Enfin, il est important sensibiliser la population sur les effets néfastes du gaz hilarant sur la santé.

Quelques chiffres:

La 13e édition du « week-end sans alcool au volant », menée du 21-24 janvier 2022, a dirigé les contrôles sur l’alcoolémie, mais également sur la drogue au volant. Lors de ce « week-end sans alcool », 4 013 conducteurs ont été soumis à un test d’alcoolémie en Wallonie. 3,49 % d’entre eux étaient sous l’influence d’alcool. Ces contrôles ont donné lieu à 51 retraits de permis.

En comparaison avec la précédente édition en 2021, il y a eu 433 conducteurs testés en moins, mais le taux de conducteurs positifs s’avère plus élevé : 3,49 % en 2022 contre 2,83 % en 2021.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité des résultats de ces contrôles:

Les commentaires sont fermés.